Taux de redistribution

En France, le taux de retour des joueurs, aussi appelé taux de redistribution, régit la plupart des machines et des jeux de hasard et d’argent. C’est le cas, par exemple, des jeux de grattage, du loto, des paris hippiques, du black jack ou de la roulette. Qu’est-ce exactement que le taux de redistribution et surtout, quelles sont les conséquences de celui-ci sur le comportement des joueurs ?

Le taux de retour au joueur : définition et législation

Lorsque l’on se réfère au taux de retour au joueur, ou taux de redistribution, on parle en réalité du ratio entre la somme gagnée par les joueurs et la mise engagée. Ce taux est donc la propension de la machine ou du jeu à reverser de l’argent. Cet indicateur est établi sur une période donnée.

Par exemple, lorsque le taux d’une machine à sous est de 95%, on estime alors que 95% de la somme totale ayant été jouée sur une année a été remboursée aux gagnants. Aussi, l’établissement réalise un bénéfice équivalent à 5% de cette somme. Néanmoins, le taux de redistribution n’est pas fixe, tous les joueurs ne pourront pas être remboursés à 95% : certains récupéreront 100% de leur mise, d’autres moins de 95%.

Mais alors, que dit la loi ? En France, le taux de retour au joueur (ou TRJ) est fixé à 85% pour les machines à sous, à 88% pour les jeux de table, le poker ou le blackjack par exemple. Cette réglementation envers les casinos est stricte : chaque année, des professionnels agréés vérifient que le taux est respecté pour les différentes machines et tables.

Si le casino est concerné par le taux de redistribution, il en va de même pour les jeux de loterie et de grattage proposés par la Française des jeux. Ceux-ci doivent afficher un taux moyen de retour au joueur de 51%. Le taux du loto, quant à lui, est fixé à 68%. Les paris hippiques redistribuent les sommes misées à hauteur de 69,57%.

En mai 2012, l’Observatoire des Jeux a réalisé une étude, mettant en relation le taux de retour au joueur et l’addiction. Est-il possible d’affirmer que la redistribution intervient dans le processus d’accoutumance ? Nous allons justement nous y intéresser.

L’impact du TRJ sur le comportement des joueurs

Les résultats de l’Observatoire des Jeux ont démontré deux conséquences à l’augmentation du taux de retour au joueur :

  • Plus le TRJ est important, plus le temps passé à jouer est long : en se basant sur une étude canadienne, l’ODJ a mis en lumière le rapport entre l’augmentation du TRJ et le temps passé devant une machine à sous. En effet, le temps d’exposition sur un jeu avec un taux de redistribution de 98% est beaucoup plus long que sur une machine, dont le taux serait plus faible de 85%. Cela s’explique aisément : les joueurs souhaitent récupérer une grande partie de leur mise. Aussi, il leur semble plus « juste » de jouer avec une machine dont le TRJ est avantageux. Néanmoins, l’exposition à des gains plus élevés représente un risque considérable pour les joueurs compulsifs ou qui tendent à le devenir. Une machine à sous avec un taux de retour au joueur important augmente significativement son potentiel addictogène.
  • Plus le TRJ est élevé, plus la demande est grande : une étude MOBILIA datant de 1993 montre qu’une augmentation du taux de redistribution de 2% a entraîné une demande de la part des joueurs de 6,8% sur le long terme.

Si les machines à sous ne sont pas les facteurs déclenchant d’une addiction au jeu, il est néanmoins possible d’affirmer que le taux de redistribution élevé engendre un comportement problématique de la part du joueur, notamment un temps plus long passé devant le jeu et un intérêt marqué.

Le taux de retour au joueur engendre-t-il un comportement problématique ?

Si l’on en croit une étude PARKE, datant de 2006, les caractéristiques des machines à sous et plus précisément l’occurrence des gains intervient directement dans l’apparition d’un comportement addictif de la part du joueur.

On comprend donc aisément pourquoi certains casinos en ligne proposent un TRJ de plus de 100% aux nouveaux inscrits. Cette manipulation aura donc des effets néfastes sur les joueurs, qui seront persuadés de gagner lors des prochaines parties. Précisons également que la possibilité de jouer sur Internet renforce le comportement addictif, puisqu’il n’est plus nécessaire de se déplacer dans un casino physique pour tenter de gagner de l’argent.

Il a été démontré qu’un TRJ important engage donc une période de jeu plus longue, qui peut entraîner une accoutumance. Néanmoins, l’addiction est multifactorielle et le taux de retour au joueur ne peut pas être la seule explication à l’addiction. Aussi, même s’il n’est pas possible d’affirmer que le TRJ est le principal facteur de celle-ci, il est lié d’une certainement manière au développement d’un comportement problématique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *