Depuis le début de la crise sanitaire, plus de 200 000 comptes français ont été créés sur les différentes plateformes de poker en ligne. Un chiffre inédit qui laisse imaginer la quantité de nouveaux clients pour les casinos en ligne. Une bonne nouvelle pour l’industrie, mais une situation parfois délicate à gérer pour ceux qui souffrent d’une addiction aux jeux d’argent.

Le confinement renforce les addictions

C’est un fait, le confinement, l’ennui et l’isolement renforce les addictions. Que ce soit le tabac, le cannabis, la pornographie ou les jeux d’argent, la consommation a explosé en France depuis le début du confinement. La plupart des joueurs retrouveront facilement leur équilibre dès le 11 mai et la fin du confinement, mais ceux qui souffraient déjà d’addiction avant appellent à l’aide.

Le chercheur Christophe Alonso, spécialiste des addictions aux jeux d’argent, estime que la question relève de l’enjeu de santé publique. Certains joueurs souffrant d’addiction témoignent dans les journaux. Ils sont nombreux à avoir perdu en quelques semaines de confinement plus qu’en une année. Certains se tournent même vers un prêt pour interdit bancaire afin d’éviter le pire. Une situation à court terme seulement si l’addiction n’est pas vaincue.

Le confinement crée un terrain favorable

Les addictologues ont multiplié les publications de prévention pour aider les joueurs à mieux maîtriser leurs budgets et la manière dont ils jouent. Selon eux, le confinement crée un terrain doublement favorable. D’abord, il y a l’ennui et la solitude dont nous parlions plus tôt. Ensuite, il y a l’augmentation du nombre de joueurs. Résultat, il y a toujours énormément de monde sur les serveurs à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

Or, le problème des joueurs qui souffre d’une addiction, c’est justement qu’ils n’arrivent pas à encadrer leur pratique. De plus, le confinement a tendance à rendre plus floue la frontière entre les différents moments de la journée. Les joueurs doivent donc se fixer des heures pendant lesquelles ils peuvent jouer et s’y tenir. Ils doivent également se fixer un budget quotidien ou hebdomadaire à ne pas dépasser.

Les casinos terrestres craignent les répercussions

À plus ou moins long terme, les conséquences de cette situation pourraient coûter cher aux casinos terrestres. Non seulement ils ne profitent pas de cette augmentation de la fréquentation, mais en plus, elle pourrait diminuer le nombre de joueurs à retrouver le chemin des casinos à la fin du confinement.

Enfin, si de nombreux joueurs développent des addictions pendant le confinement, ils risquent de couper totalement les ponts avec le monde des jeux d’argent à la sortie du confinement. Les casinos craignent donc de voir leur fréquentation diminuer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *